Morsures

 

Un arbre dont le bas du tronc se subdivise en deux pieds bien plantés sur le sol : la métaphore visuelle est plutôt convenue. Mais que l’on grave sur son écorce un sexe féminin hors de proportion, et la perception s’en trouve ébranlée. L’image devient interrogation sur le genre, sur l’identité, mise en cause de l’ordre établi. Nathalie Reba multiplie ainsi les fragments de corps morcelés jusqu’à isoler, en le représentant avec soin, l’anneau musculeux d’un anus. Le recadrage du regard sur des détails anatomiques lui permet de questionner au plus près de l’intime, avec une sorte de rigueur cruelle.

Carmelo Virone, catalogue Biennale international de gravure contemporaine / Liège2011 (extrait )

15 18 17 16

14 12 Moule 10

8 7 6 5

4 3 2 Morsures

Eau-forte – 25 x 33 cm – Johannot 240 gr / 5 ex.